La Grèce à l’ère, après le Pasok (Parti socialiste)

Το άρθρο του παρόντος ιστότοπου με τίτλο “Η Ελλάδα στην μετά Πασόκ εποχή” δημοσιεύθηκε σήμερα στην καθημερινή οικονομική εφημερίδα της Γαλλίας Les echos σε μετάφραση Λάζαρου Μαυροματίδη:

La Grèce à l’ère, après le Pasok (Parti socialiste)

LE CERCLE. Un bilan des dernières élections législatives. Élection historique qui fut celle d’hier. Il ne s’agit pas seulement d’un saut de page. Il s’agit d’un changement de chapitre, et peut-être d’un changement de livre en entier.

ÉCRIT PAR
Yianis Makridakis

Cependant, ce changement est très attendu, en dépit des sérieux doutes et cela, jusqu’à la dernière journée. Il était très profond ce cancer qui a duré tant d’années.

Le Pasok (Parti socialiste) est démoli et on attend juste sa disparition totale dans les prochaines semaines. Des personnalités qui ont détruit nos vies et la société entière en occupant des postes de ministres, telles que celles que nous avons vues et entendues ces dernières années, ne vont jamais relever la tête. Et après eux, suivront toute sorte de “politiciens mineurs” de ce parti, qui resteront idéologiquement sans-abri et vont se disparaître ou se transformer.

D’autre part, Antonis Samaras (Nouvelle Démocratie, Parti droite) et son parti obsolète vivent leurs derniers moments, en souriant. En absence du Pasok, leur rôle en tant que parti au pouvoir a expiré. Au moins, sous sa forme actuelle. Depuis ses entrailles, une autre droite va naître, qui aura moins de maquillage, et qui vivra seulement afin de maintenir un contrepoids à la Gauche unie.

Syriza (Parti de la gauche radicale) a amplement démontré le désir des citoyens pour une Europe de Gauche unie au gouvernement. Il est évident que cela se fera dans un court laps de temps et de façon déterministe.

L’Aube Dorée (Parti néonazi de l’extrême droite) jouera le rôle d’un catalyseur pour unir les forces de gauche. Leur entrée au Parlement montre l’existence de telles idéologies dans la société et rien de plus. Cependant, leur entrée au Parlement démontrera dans un premier temps, qu’ils sont en réalité (et si en maquillant de leur idéologie, ils ne se rapprochent pas à la Nouvelle Démocratie afin de jouer le rôle de contrepoids à la Gauche, ils suivront le même chemin de Karatzaferis – président du parti de l’extrême droite Laos qui n’a pas été élu au Parlement ce dimanche) et ensuite leur existence politique va jouer un rôle important à l’augmentation des voix de la gauche, puisque la Grèce est un pays principalement des citoyens de Gauche, dont Andreas Papandreou et son parti dilué (Pasok) ont trompé et aliéné.

L’ère de Pasok est définitivement finie. Ces derniers fidèles se disperseront à droite et à gauche. La Gauche va récupérer les plus sages, et une nouvelle droite, plus extrême que ce courant, mais pas nazie, se constituera. Cela semble être le paysage politique de la Grèce dans les années à venir.

Aujourd’hui, les Grecs ont éprouvé une mentalité différente, comme pendant la période 1941-1944 où ils se sont battus et ont eu la plus importante contribution à la défaite des nazis. La Grèce vient de donner le signal aux Européens et dans un proche avenir aura le premier gouvernement de Gauche dans l’Union européenne. Les changements seront rapides à partir de maintenant. L’Europe sera enfin soit humanisée ou sera dissoute. Mais, elle arrêtera d’appauvrir et anéantir ses concitoyens afin de faire prospérer les indicateurs statistiques des marchés.

Yianis Makridakis

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>