Εξαγωγαί ! …

Ο γαλλικός εκδοτικός οίκος Sabine Wespieser ανακοίνωσε στην ιστοσελίδα του την έκδοση του βιβλίου μου “Η άλωση της Κωσταντίας”, και την παρουσίασή του στο γαλλικό κοινό τον Απρίλιο του 2015.

Avril 2015
La Chute de Constantia
Yannis Makridakis

 

La Chute de Constantia
Yannis Makridakis

Quand le facteur, par une belle journée ensoleillée d’octobre 2005, remet à Constantia une grande enveloppe blanche, il ne se doute pas de l’émotion qu’elle va susciter chez sa destinataire. Constantia, bien que grecque, vit depuis toujours à Istanbul, qu’elle n’a pas quittée malgré les pogroms organisés en 1955 pour chasser de la Ville la plupart de ses compatriotes.

Elle aurait bien préféré que sa fille unique, Anna, partie étudier à Athènes, épouse un Romiote (un Grec de la Ville – Constantinople, comme la désignent encore les habitants de la communauté) plutôt qu’un Grec de Grèce. Au moins s’est-elle mariée à un garçon de Chios, île dont était originaire la propre grand-mère de Constantia.
Son gendre, Yannis, dans la très longue lettre qu’elle parcourt après avoir décacheté l’enveloppe, la plonge pourtant dans la stupeur : il serait… turc ! À peine a-t-elle lu ces mots qu’elle tombe en syncope et est immédiatement secourue par sa voisine du dessous, alertée par le bruit de la chute. C’est avec Vanguelia qu’elle va trouver le courage de lire dans sa totalité la confession de Yannis.
Alternant, dans le huis clos de leur nuit agitée, extraits de la lettre et commentaires des deux amies, Makridakis évoque avec une grande justesse – et non sans humour – la complexité des relations entre deux communautés si proches, et si hostiles. Jusqu’au bout il maintient le lecteur en haleine.

Roman traduit du grec par Monique Lyrhans
Titre original : Η Άλωση της Κωσταντίας
N° d’éditeur : 138
Disponible en librairie à partir du 2 avril 2015 au prix de 21 €, 256 p.
ISBN : 978-2-84805-180-2

 

Yannis Makridakis est né en 1971 à Chios. Après des études de mathématiques et des années de vie citadine, il a décidé de retourner sur son île natale, pour vivre en autarcie dans son village de Volissos. Lui qui a déjà publié trois romans, plusieurs nouvelles et deux ouvrages historiques, avec un succès toujours croissant auprès du public et de la critique hellènes, déclare volontiers à ses visiteurs : « Je ne suis pas écrivain, je suis agriculteur. » Il a fondé en 1997 le Centre d’études sur Chios.

Également très actif sur la scène politique, il est l’auteur de deux lettres ouvertes à ses concitoyens européens pour tenter de les informer de la situation désastreuse de la Grèce (voir LesEchos.fr).

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>